Mémoire de recherches

Projet de diplôme, DNSEP 2014.

 

Tutorat :
Ludovic Duhem.

 

 

Ce mémoire m’a permis de m’interroger sur le design social,
et plus particulièrement sur la place du graphisme et de l’alimentation
au sein de ce domaine, en tant que pratiques conviviales. Il fut l'occasion
de questionner les raisons et les causes d’ordre sociétales qui ont
fait émerger de telles pratiques. À quels problèmes et quels besoins
elles tentent de répondre. J’ai souhaité soulever certaines incohérences
du système néolibéral, et amener à une autre réflexion - d’après le constat
de manoeuvres déshumanisantes et aliénantes, qui remettent en question
le fonctionnement naturel et biologique de tous les écosystèmes.
Cette démarche a été nécessaire pour tenter de mieux cerner les processus
qui nous ont mené à de tels résultats ; et les conséquences qui en découlent,
tant d’un point de vue environnemental, économique, social et politique.
C’est pour ces différentes raisons que le design social a émergé,
et semble être une alternative au quotidien. Ce terme - apparu récemment -
ne dispose pas de définition propre. Il n’existe pas d’ouvrages théoriques
dédiés au design social, même si certains précurseurs ont eu à travers
l’histoire des pratiques et des réflexions proches de ce que l’on nomme
aujourd’hui comme tel - chacun dans leur domaine - à l’image d'Ivan Illich,
de William Morris, Charles Fourier, Lucien Kroll, Victor Papanek, ou même
Vincent Perrottet. J’ai donc essayé d’après ces différentes références -
tout en les confrontant à des pratiques plus récentes - d’esquisser
les frontières du design social actuel, et de voir quelles pourraient
en être ses valeurs et ses possibles origines. Le design social se veut
dans le concret, immédiat et durable, au plus proche des citoyens
et de leur quotidien, en s’éloignant du système marchand. Il cherche
à montrer de nouvelles perspectives, notamment par la réintroduction
de la valeur du don et la participation - sans pour autant rejeter
pleinement les institutions, bien au contraire, puisqu’elles sont
impliquées aux côtés des citoyens pour faire vivre les projets,
et ainsi tenter de faire émerger une autre perception des choses.

 

Le projet graphique :

La Table Rouge
 

 

 

 

1/10

© 2015-2019 l'Atelier Au Poêle. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.